Zones à circulation restreinte (ZCR), questions / réponses

Pour tout comprendre sur les zones à circulation restreinte, lisez notre Foire aux questions !

Accueil > Nos propositions & nos positions > Formation > La Formation Initiale au Permis Moto_2/3

La Formation Initiale au Permis Moto_2/3

Demandes, Réflexions et Propositions

vendredi 24 octobre 2008

[*Demandes, Réflexions, Propositions sur la réforme du permis moto*]

Concernant les épreuves du permis moto

L’objectif des écoles de conduite est de former des conducteurs sürs et prudents capables de maîtriser aussi bien leur comportement que leur véhicule.

[*Or certaines épreuves du permis moto ne semblent pas permettre aux candidats de démontrer ces qualités :*]

- L’épreuve sur plateau devrait être une épreuve de maîtrise de la machine et non de rapidité comme elle l’est aujourd’hui, avec pour principal critère celui du chronomètre, le parcours devant être réalisé entre un temps minimum et un temps maximum, comme dans un rallye. Ceci, ajouté à une formation théorique inexistante ou manquant de réel travail sur le risque, et qui peut faire ressentir le permis moto comme la recherche de performances.

- L’épreuve de maîtrise de la moto sans l’aide du moteur devrait à nouveau comporter une explication et une démonstration de la position de conduite, ainsi que du béquillage/débéquillage de la moto pour des questions d’équilibre en termes de maoeuvre, en tenant compte des capacités physiques de l’élève car une petite taille ou un faible poids ne font pas forcément un mauvais motard.

- L’épreuve de maîtrise de la moto à allure lente, devant démontrer, notamment les capacités de gestion d’équilibre, devrait être passée obligatoirement avec l’aide des commandes, et non au choix, c’est-à-dire au ralenti augmenté dans 99% des cas.
Pour ce faire on demanderait à l’élève de passer à l’extérieur de cônes positionnés à la place des piquets extérieurs des parcours actuels (utilisation des 6m de largeur de la piste). De plus cela permettrait d’enseigner la technique d’inclinaison réduisant les efforts et le rayon de braquage de la machine. Un exercice consistant à passer entre une rangée de cônes en un temps nécessitant l’utilisation de l’embrayage donnerait au chronomètre une valeur plus pédagogique, sorte d’éloge à la lenteur (voir permis Belge).

- L’épreuve de maîtrise à allure normale étant tout à fait capitale pour l’obtention du permis, le candidat devrait pouvoir parcourir une fois (aller/retour) le slalom avant l’épreuve, non pour répéter le parcours, mais pour se détendre, se rassurer et tester l’adhérence de la moto, tant en inclinaison qu’au freinage.

- Les critères de l’épreuve à allure normale numéro 3, devraient être modifiés pour réellement s’adapter aux conditions habituelles de la circulation sur route en ce qui concerne le ralentissement et le freinage.

- La partie slalom de l’épreuve à allure normale devrait être passée avec des cônes décalés à côté des marquages afin que la moto soit inclinée dans un slalom en quinconce et non en ligne droite.

- Pour correspondre aux exigences du permis européen le retour peut se faire en quatrième ou cinquième vitesse (50km/h), et pour aborder le contournement d’obstacle (évitement actuel) le freinage serait nécessaire ceci correspondant aux contraintes réelles.

- La terminologie "freinage d’urgence" apparaît inadaptée par rapport à l’épreuve à allure normale numéro 2. Ce type de freinage induisant un effet de surprise et un temps de réaction excessivement court. L’expression "freinage appuyé" serait plus adéquate.

- La terminologie "évitement d’urgence" devrait être également remplacée par une expression plus adaptée comme "contournement d’obstacle", par exemple, pour la même raison que celle citée précédemment.

- Pour palier à la difficulté de trouver de petites machines sur le marché français actuel la possibilité d’aménager le permis pour des personnes dont la morphologie rend les exercices anormalement difficiles doit être étudiée au même titre que l’aménagement pour les personnes atteintes d’un handicap, les contraintes physiques actuelles pouvant être assimilées à de la discrimination.

- Concernant l’épreuve de circulation, la position à droite de la chaussée est, en fait, dangereuse, car elle ne permet pas d’échappatoire en cas de problème. L’élève doit pouvoir modifier sa position sur la chaussée suivant l’environnement et les circonstances (dépasser, être dépasser, croiser un véhicule, autoroute, périphérique...).

- De même, une trajectoire de virage routier n’a aucun rapport avec une trajectoire de circuit. C’est une résultante entre des contraintes physiques (forces rencontrées) et la sécurité (environnement). Les trajectoires routières doivent être correctement définies, expliquées et enseignées sans confusion dans les 12h de circulation...

- Concernant les interrogations orales, le contenu des fiches mérite d’être réactualisé afin de supprimer nombre d’erreurs contenues dans les livres et guides de conduite moto : position de conduite en virage, trajectoires de virage, freinage, etc.
Ces erreurs sont néfastes à un bon apprentissage de la conduite moto, de même que les photos de ces manuels doivent être représentatives de ce que doit être un bon équipement (pas de photos sans gants ou sans blouson par exemple).

- Un équipement complet doit être obligatoire lors de la formation (pour l’élève et pour le formateur) et lors de l’examen ; le casque n’étant pas suffisant : casque, gants, blouson avec renfort et vêtements de pluie le cas échéant, un pantalon long et solide (genre jean) également.
L’investissement économique pour l’élève/candidat étant conséquent, une application de la TVA à 5.5% sur les équipements de sécurité et sur la formation réduirait considérablement les coûts et pourraient permettre aux écoles de conduite de rémunérer décemment leurs formateurs.

- Des inspecteurs du permis de conduire pratiquant la moto et étant capables de faire la reconnaissance du parcours moto sur le véhicule école redonnerait de la crédibilité à l’examen pratique.

Enfin, l’examen devrait être également un moment de rencontre et d’évaluation de la part des inspecteurs, avec des explications simples et précises, sans oublier l’accueil, le sourire et le relationnel avec les candidats...Ce qui n’est pas toujours le cas.


Voir aussi :

Concernant les textes réglementaires

Concernant la formation à la conduite d’un cyclomoteur, et la formation des enseignants

Le site de l’AFDM : http://www.afdm.org

Comment aider ? Nos actions sont destinées à tous les motards. Pour contribuer à les faire vivre ponctuellement, faites un don.

FFMCEditions de la FFMCAssurance Mutuelle des MotardsAssociation pour la formation des MotardsFFMC LoisirsCommission Stop VolCommission juridiqueCommission ERJ2RMFédération Européenne des Associations MotocyclistesHTML Map