le blog (presque officiel ☺) des motards en colère

Accueil > blog > Pour le Ministère de l’Intérieur, la sécurité routière, est-ce le 80 km/h et (...)

Pour le Ministère de l’Intérieur, la sécurité routière, est-ce le 80 km/h et rien d’autre ?

lundi 23 juillet 2018

Les actions en faveur de l’éducation et de la prévention, notamment en direction des plus jeunes, est-ce juste sur le papier ou bien dans les annonces médiatisées du Premier ministre, du moins lorsque ces actions sont menées par la Fédération française des motards en colère (FFMC) ? Ainsi en 2018, plusieurs antennes départementales de la FFMC se sont vu refuser par leurs préfectures respectives l’attribution des enveloppes budgétaires allouées au titre d’un « plan départemental d’action et de sécurité routière » (PDASR) qui permettent en particulier leurs actions dans les établissements scolaires dans le cadre du programme Éducation routière de la jeunesse (ERJ), programme agréé par le Ministère de l’Éducation nationale.

Ainsi, l’antenne départementale FFMC 39 a reçu récemment de la part du directeur de cabinet de la préfecture du Jura, une fin de non-recevoir pour une demande d’attribution de PDASR datée du 30 janvier dernier d’un montant total de 2600 €, pour l’action ERJ de l’antenne programmée en plusieurs interventions prévues dans l’année et des stages de « reprise de guidon » pour les motocyclistes de la région, actions portées par les bénévoles de l’antenne départementale FFMC 39.
Le motif de ce refus ? Le directeur de cabinet de la préfecture du Jura a décidé de ne pas soutenir ces actions de sécurité routière au prétexte qu’il ne peut pas cautionner une association qui « s’oppose à l’action du gouvernement en matière de sécurité routière ». C’est du moins ce qu’il a déclaré à quatre représentants de l’antenne FFMC 39 qui ont été reçus, à leur demande, à la préfecture le 11 juillet 2018 pour tenter d’obtenir des explications à ce refus.
Et quelle serait cette opposition qui fâche le directeur de cabinet de la préfecture du Jura ? Ce sont les manifestations de la FFMC qui contestent la mesure du 80 km/h décidée par le Premier ministre Édouard Philippe au Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 9 janvier 2018 qui n’ont pas plu à ce Monsieur ou à sa hiérarchie. Pourtant, c’est ce même CISR qui a également inscrit en tête des mesures à mettre en œuvre l’éducation des jeunes scolarisés à la sécurité routière et le renforcement des actions de prévention en direction des jeunes conducteurs, précisément le public visé par les interventions ERJ !

La sécurité routière est-elle vraiment un objectif des pouvoirs publics ?

Autrement dit, le directeur de cabinet de la Préfecture du Jura refuse aux animateurs bénévoles de la FFMC de mettre en œuvre le plan d’amélioration de la sécurité routière décidé par le Premier ministre, sur la base des recommandations du Conseil national de la sécurité routière (CNSR) auquel siègent les représentants de la FFMC, CNSR placé sous l’égide du Ministère de l’Intérieur qui est le ministère de tutelle du directeur de cabinet de la préfecture du Jura.
Alors soit ce refus est le fait d’un fonctionnaire qui, sur une conviction personnelle, attribue ses budgets de PDASR selon ses propres préférences, soit il exécute des ordres de sa hiérarchie, c’est-à-dire le préfet et plus haut, le Ministre de l’Intérieur, M. Gérard Collomb.
Face à ses interlocuteurs de la FFMC 39 qui ont tenté de lui expliquer en quoi consistent les actions ERJ menées par la FFMC, le directeur de cabinet de la préfecture du Jura a dit « qu’il reconnaît que la responsable sécurité routière (SR) de l’Éducation nationale et le responsable départemental de la SR qui ont assisté à plusieurs interventions ERJ de la FFMC 39 étaient de très bonne qualité », mais qu’il fallait que la FFMC 39 comprenne sa cohérence et donc son refus. Mais quelle cohérence y-a-t-il à empêcher les actions ERJ faites par la FFMC 39, qui vont dans le sens d’une meilleure sécurité routière, à savoir justement l’objectif visé par la plus haute autorité du Gouvernement ?

Alors, simple carence, mauvaise coordination des Pouvoirs publics comme a tenté de s’en excuser ce Monsieur ou bien directives venues de plus haut ? Toujours est-il que d’autres antennes locales de la FFMC (notamment dans les départements 12, 28, 74…) se sont vu refuser cette année des enveloppes de PDASR prévues pour des actions qui ne semblaient pas poser de problème aux autorités au cours des années précédentes. Serait-ce une forme de chantage de la part de l’État ?

Inquiet de ces dysfonctionnements, le Bureau national de la FFMC va demander des explications aux ministres concernés… à eux donc de nous confirmer si la politique de sécurité routière en France peut encore être préventive et éducative ou uniquement répressive et punitive.

Vos commentaires

  • Le 23 juillet à 20:21, par Drapier En réponse à : Pour le Ministère de l’Intérieur, la sécurité routière, est-ce le 80 km/h et rien d’autre ?

    Il est fortement décevant de la part des politiques et leur représentant d’agir de la sorte. Que ce soit à un niveau local par un représentant faisant du zèle, ou venant de plus haut et demandé clairement ou implicitement. Je suis dessus du gouvernement LREM sur la sécurité routière. Vraiment dessus. Que ce soit à haut niveau ou par leur representant locaux que son les préfets.

  • Le 23 juillet à 22:43, par Christophe Roux En réponse à : Pour le Ministère de l’Intérieur, la sécurité routière, est-ce le 80 km/h et rien d’autre ?

    La "sécurité routière" ne vise plus que la rentabilité au lieu de l’efficacité... On met sans cesse la vitesse comme cause majeure d’accidents alors qu’on apprend que la somnolence est la cause principale des accidents mortels... Et on ralentit encore les véhicules, ce qui va encore accentuer la somnolence...
    Si la sécurité était la priorité, on commencerait par la remise en état des routes. Mais l’Etat déroute... Bin oui... L’Etat a une soif de liquidités... L’Etat privilégie la cible des usagers de la route, avec les taxes sur le malus à l’achat, les cartes grises, les assurances et le carburant...les pièces détachées , boostées avec les contrôles techniques...
    Notre "premier sinistre" qui s’est évertué à faire passer en force une loi débile qui va augmenter les un peu plus les accidents. Mais peu de choses sont faites contre les téléphones au volant, les distances de sécurité, etc..
    Il est difficile de ne pas croire que les décideurs du gouvernement sont "sponsorisés" par les fabricants de radars et de panneaux. Autrement qu’est-ce qui peut justifier de telles conneries ?...
    Pourquoi l’Allemagne a encore des tronçons d’autoroute sans limitation de vitesse ? Pourquoi le Danemark a réaugmenté la vitesse de 80 à 90 km/h ? Pourquoi l’Angleterre a divisé par 7 le nombre de tués sans toucher aux limitations et en contrôlant l’alcoolémie ? Une telle pugnacité dans l’ineptie est forcément une question d’intérêts personnels....

  • Le 30 juillet à 15:22, par Pierre-Olivier Laulanné En réponse à : Pour le Ministère de l’Intérieur, la sécurité routière, est-ce le 80 km/h et rien d’autre ?

    Dommage pour nos enfants !
    Je suis l’un des bénévoles intervenant dans les collèges du Jura pour le programme "Éducation routière de la Jeunesse", un programme pour lequel la FFMC est labellisée par le Ministère de l’Éducation nationale et pour lequel les intervenants sont eux aussi "labellisés" via une formation de 4 jours prise en charge par les antennes de la FFMC.
    Nous intervenons dans les collèges lors de journées Sécurité routière, parallèlement aux forces de l’ordre, aux pompiers, aux assureurs, à d’autres associations.
    Notre particularité : donner la parole aux jeunes -ils connaissent la plupart du temps les règles de prudence et ce que dit le code de la route-, les faire réfléchir sur le partage de la route, sur leur comportement et le comportement de ceux qu’ils côtoient sur la route-par exemple leurs parents-, leur faire prendre conscience avec des expériences ludiques, des limites de nos perceptions.
    Car savoir ne suffit pas ! Il faut changer les représentations pour modifier les comportements. Et pour cela, la proximité des intervenants de la FFMC, engagés, citoyens et passionnés, avec les jeunes permet un dialogue d’égal à égal. L’idéal pour apprendre.
    Le Préfet veut punir la FFMC 39 ? Quel dommage pour les collégiens du Jura.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.