le blog (presque officiel ☺) des motards en colère

Accueil > blog > L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

jeudi 7 septembre 2017

En cette rentrée de septembre, le ministre de l’Intérieur nous sort sa gomme à effacer le sourire et rappelle aux citoyens que le programme de l’année sera sécuritaire aussi sur les routes. Hélas sans surprise puisque son règlement disciplinaire à base de caméras embarquées et de ponctions pécuniaires promises aux « mauvais élèves » de la route n’est pas si nouveau que ça : Gérard Collomb ne fait que chausser les bottes de ses prédécesseurs dans la continuité d’une politique usagée qui n’en finit pas d’écœurer les usagers.

En cette rentrée scolaire 2017, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur et de la sécurité rentière communique beaucoup sur la privatisation des contrôles de vitesse, en mode annonce et nouveautés… sauf que cet énième abandon des missions régaliennes déguisé en « expérimentation » pour mieux faire passer la pilule était déjà annoncé en octobre 2015 par Manuel Valls devenu entre-temps 1er ministre. C’était même la 2ème mesure d’un plan dit de « sécurité routière » en contenant 26 : écrit noir sur blanc, cette mesure annonçait : « augmenter, dans les meilleurs délais, l’utilisation de radars embarqués dans des véhicules banalisés, en confiant leur mise en œuvre à des prestataire agréés, sous étroit contrôle de l’État ». Et comme d’habitude, c’est le citoyen qui se retrouve sous étroit contrôle de l’État, via des agents de surveillance travaillant pour des sociétés privées.

Collomb enfonce des portes ouvertes

Donc, alors qu’aujourd’hui Gérard Collomb fait mine de sortir une future « expérimentation » de son cartable de ministre de l’Intérieur, le dispositif est déjà à l’œuvre depuis le 24 février dernier dans l’Eure et sans attendre les résultats de cette expérimentation, le recrutement des chauffeurs des 26 radars mobiles a été lancé le 19 avril, comme le rappelle l’hebdomadaire Marianne dans son édition du 28 juillet. Et ce n’était pas un scoop puisque ces infos étaient déjà révélées dans une enquête exclusive publiée par le mensuel Moto-Magazine dans son numéro d’avril 2017.

Bref, rien de nouveau sous le triste soleil de la sécurité routière déjà assombri par des statistiques funèbres en hausse depuis quelques années, malgré tous ces radars censés sauver des vies, au motif de lutter contre « la violence routière », comme le justifie monsieur Barbe interrogé dans l’enquête de Marianne parue fin juillet.

Le problème, c’est que cette augmentation de la mortalité routière est due à une recrudescence des accidents dont sont victimes les piétons et les cyclistes, catégories pas vraiment en cause dans les accidents dues aux vitesses excessives qui motivent cette frénésie des contrôles par radars mobiles embarquées dans des voitures banalisées sur les grands réseaux routiers. Mais ce n’est pas tout ! Soucieux de rappeler que la sécurité routière (déjà mise à mal par l’aveuglement et la doctrine sécuritaire de ceux qui en ont la charge) est un problème qui le préoccupe, Gérard Collomb fait son coup de com’ sur un dispositif déjà ficelé et emballé et justifie la privatisation de ces contrôles au motif de soulager les forces de l’ordre redéployées sur le terrain de la sécurité antiterroriste. Nous y voilà… « l’état d’urgence » sert de prétexte pour déléguer la surveillance des conducteurs à des entreprises privées et permet à Gérard Collomb de nous servir sa soupe à la grimace avec des ingrédients déjà plusieurs fois réchauffées à la cantine de l’Elysée.

Allez, bon appétit et vive la rentrée !

Vos commentaires

  • Le 23 décembre 2017 à 10:31, par GlodeColnago En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Ce qui prouve toujours que le gouvernement est bien constitué de pauvres petits messieurs qui se font conduire et font de toutes façon ce qu’il veulent sur les routes ! car ils ne risquent rien ! Mais quand allons nous foutre dehors ces incompétents ! Qui sous prétexte qu’ils sont élus par seulement 20% de la population de France (le reste plus intelligent vote blanc) ! Et encore sommes nous capable de vérifier s’ils sont bien élus dans la légalité !

  • Le 23 décembre 2017 à 18:50, par Claude Pat En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Il faut les mettre aux rebuts ces in com péte nts.
    Du gouvernement.
    Pauvre France.

  • Le 24 décembre 2017 à 07:20, par Tourte En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Bonjour, ce n’est plus la vitesse qui fait les collisions entre les véhicules. c’est le téléphone, les GPS, et les pneus de production asiatique et des pays de l’est. Dans les constats de sortie de route et d’accidents il n’est jamais constaté la marque des pneus. En temps que mécanicien et utilisateur de deux roue, j’ai pu constater que l’utilisation de pneu de fabrication étrangère abaissaient fortement l’adhérence sur sol mouillé, et conduisaient à de nombreuse sorties de routes. Mais là aussi les marges bénéficiaires empêchent que l’on en parle.

  • Le 26 décembre 2017 à 18:14, par PRAT En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Lorsque les représentants de la SECURITE ROUTIERE, affirment que c’est la même chose chez nos voisins, ils MENTENT.

    C’est honteux de tenir des propos mensongers.

    Voyageant en Allemagne, on se rend compte sur certaines autoroutes que la vitesse est libre. Le français roulant à 130 est dépassé par des véhicules à 150, voire plus.....
    Sur les routes à 2 voies, la limitation est à 90kmh, mais dés qu’il y a 3 voies avec ligne continue, la limitation est à 120.

    De tels responsables devraient démissionner pour avoir tenté de désinformer l’opinion.

    Il y a d’autres responsables, et trés nombreux qui tiennent trop souvent à des "techniques de conduite" dangereuses : Absences d’utilisation du clignotant. Ceci m’a été dit en stage de rattrapage de points, par la Prévention Routière, il y 15 ans.

    Le budget consacré au remplacement des panneaux, ne serait-il pas mieux utilisé à la suppression de points noirs ?
    Autre question : A qui profite c’est abaissement à 80KMh ?

    Quel est la proportion de morts due à l’utilisation des drogues quelles soient médicales ou autre, à l’alcoolisme au volant, à une mauvaise ergonomie des poste de conduite des véhicules, à l’utilisation du téléphone, à.........etc.?

    Messieurs qui nous donnez des leçons, soyez donc les premiers à donner l’exemple, en respectant le code de la route, et vous abstenir de faire de la désinformation......

  • Le 14 janvier à 15:00, par Emberger En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Il y a beaucoup à faire en matière de sécurité routière : relancer le transport par le rail, surveiller les véhicules sans immatriculation (cycles, mais aussi skateboards, gyropodes, B.M.X.), moderniser la signalisation , imposer aux auto-écoles des méthodes conformes à la pédagogie, rendre les chaussées plus sures.... Mais d’évidence seul l’appât du gain intéresse nos dirigeants. Il est facile de relever un numéro, de le transmettre à l’ANTAI, et puis le titulaire casque. 920 M.d’€ en 2016, probablement plus d’un milliard en 2.017. Je pense qu’il va falloir une fois de plus descendre dans la rue, et tout casser. C’est bien dommage, mais comment se faire entendre autrement ?

  • Le 14 janvier à 17:33, par PRAT En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Vous avez aussi oubliè, les plaques qui ne figurent pas dans les fichiers des préfectures.
    Mais aussi les élus de la Républiques qui ne sont pas des citoyens ordinaires. Ils devraient donner en tout point l’exemple !
    Et même être sanctionnés plus sévèrement.

    Et si l’Etat et les collectivités locales, avaient fait en sorte qu’il y ait moins de routes accidentogènes. C’est ainsi que le Danemark et d’autres pays ont pris le problème.

    Je trouve génial, la COM du Premier Ministre au sujet des mobiles. Ne seront sanctionnés les conducteurs téléphonant et commettant une infraction au code de la route. Ceci revient à dire qu’il n’est plus interdit d’utiliser son smartphone tout en conduisant. Je trouve que ces propos, sont une incitation à commettre des incivilités.......

  • Le 14 janvier à 19:02, par GlodeColnago En réponse à : L’État Macron et la sécurité routière : à fond la com’ !

    Reprenons depuis le début : Macron élu par moins de 20% de la population !!
    Elu par les décérébrés qui sont incapable de voir le personnage œdipien et psychopathe. Puis limitation de la vitesse car il faut payer les pauvres députés, ministres, maire, en gros la mafia Française gravitant dans ce système vérolé. Voila où va aller le fric des pv et compagnie ! Et tant que le peuple aura sa bière et son foot (y a plus le lamentable johnny mais y a encore drucker) la mafia ne risque rien !
    Le Français est devenu un être sans c....... incapable de se révolter car pris à la gorge par tous qu’il doit payer !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.